Search for content, post, videos

Au cœur de la compétition avec Vlad Croitoru

L’excellence au cœur des épreuves

La concentration est toujours au plus haut pour les compétiteurs de la WorldSkills Kazan 2019, qui ont abordé dimanche 25 août le troisième jour de compétition. Une journée où règnent la détermination, le talent et les compétences.

L’excellence des 44 membres de l’Équipe de France des Métiers s’est de nouveau affirmée au fil des épreuves. Surpassant les doutes et se serrant les coudes, tous sont restés concentrés sur leur objectif : atteindre les plus hautes marches du podium international et décrocher l’or tant convoité. Récit de cette troisième journée avec Vlad Croitoru, candidat français en carrelage, formé à BTP CFA Vendée (La Roche-sur-Yon), que ce numéro de Parcours BTP met en lumière.

 

 

 

Un as du carreau

Au troisième jour de la compétition, les ouvrages à réaliser ont pris forme sur le stand carrelage. Face à Vlad Croitoru, 26 candidats participent à l’épreuve, dont les plus redoutables demeurent les Allemands, les Suisses, les Hollandais, les Autrichiens, les Chinois et les Coréens.

L’épreuve se déroule sur 22 heures et comporte deux murs à recouvrir de faïence. Le premier représente le drapeau russe, stylisé et tout en courbe, le second est un lettrage reprenant le nom de Kazan, ville hôte de cette 45e finale internationale. Cet assemblage est complété par deux marches avec un sol « douche à l’italienne ». Le sujet comporte également un muret avec un dessus incliné et une niche sur le mur externe.

 

 

C’est là une nouveauté, qui rompt avec les éditions précédentes : « Les autres années, on n’avait jamais vu de pentes ou de niches, les sujets étaient davantage esthétiques », explique Davy Rezeau, expert métier en carrelage et artisan carreleur à La Planche (Loire-Atlantique). « Cette fois-ci, c’est plus technique et c’est peut-être ici que réside la difficulté. Mais, en même temps, c’est aussi plus proche de la réalité du métier. »

 

 

Vlad Croitoru a d’abord été surpris lorsqu’il a découvert le sujet : « Au premier coup d’œil,explique l’expert métier, il ne le trouvait pas esthétique et les nouveautés l’inquiétaient. Mais avec l’équipe, on s’est préparé pendant quatre semaines sur ces spécificités techniques. » Le jeune homme de 20 ans, basé dans les Pays de la Loire, a mis en œuvre toute sa détermination et ses compétences pour être prêt pour la compétition. Et pour sa sœur Maria, il en a à revendre : « C’est un perfectionniste, dans tout ce qu’il fait. S’il n’arrive pas à faire quelque chose, il n’arrête pas tant qu’il n’a pas atteint son objectif. Et aujourd’hui, son but n’est rien d’autre que de décrocher la médaille d’or. »

 

 

Les débuts de l’épreuve, quelque peu chaotiques sur le pôle carrelage, avec la première matinée perdue en raison de mauvaises cotations du sujet, ont déstabilisé Vlad, même s’il a su gérer le stress et s’est repris avec une concentration sans faille au cours de l’après-midi, déterminé à ne rien lâcher jusqu’au coup de sifflet final. « Vlad a un physique et un mental d’acier. Il ne lâche rien. Il a une envie de réussir qui impressionne ! », conclut l’expert métier.

 

Vlad Croitoru

 

 

L’épreuve en carrelage : un sujet unique

L’épreuve en carrelage se compose d’un sujet unique, qui consiste à réaliser la pose de carrelage sur un support en trois dimensions, à partir d’un schéma. Le travail réalisé inclut des découpes droites, circulaires ou en diagonale. Il intègre également des travaux de maçonnerie, tels que des marches droites ou circulaires.

L’apparence générale, la qualité de découpe des carreaux et leur fixation, le soin apporté à la disposition (niveau, aplomb, équerrage, alignement), ou encore la précision des mesures et le remplissage des joints, ainsi que la conformité du sujet terminé au plan fourni pour l’épreuve, sont autant de critères qui entrent en compte pour la notation.

 

 

« La pente de douche et la murette sont des exercices très techniques, avec beaucoup de cote de niveau et de découpes. Il faut être très précis dans la construction. En fin de compte, ça se joue beaucoup sur la résistance et la concentration. Il faut se replonger chaque jour dans l’épreuve, de la première à la dernière minute, explique Davy Rezeau.Vlad a réalisé sept fois l’épreuve dans sa totalité », conclut-il.

 

Davy Rezeau, expert métier carrelage

 

 

Première semaine de préparation technique pour Vlad Croitoru

Vlad Croitoru a le goût de la compétition. Il a enchaîné les séances de préparation technique à BTP CFA Vendée, centre d’excellence WorldSkills France. Retour sur ses stages en vue de la WorldSkills Kazan 2019.

Arrivé en France à dix ans de Roumanie, Vlad Croitoru se passionne pour le carrelage. Il passe son CAP et son brevet professionnel Carrelage mosaïque, puis un CAP Plâtrier-plaquiste pour se doter d’un savoir-faire complémentaire. Vlad se prépare intensément à la compétition, notamment en réalisant des maquettes 3D.

 

 

 

Des nouveautés pour le carrelage

Rencontre avec Thierry Robin, formateur à BTP CFA Vendée (La Roche-sur-Yon), qui entraîne Vlad Croitoru pour l’épreuve de carrelage.

Doué, convivial, exigeant… Thierry Robin ne tarit pas d’éloges devant son jeune champion Vlad Croitoru. Ensemble ils s’entraînent à la finale internationale, à partir d’un projet test envoyé par les organisateurs qui ne ressemble en rien aux précédentes épreuves. « Il est désormais demandé un savoir-faire chantier où il faut réaliser une murette, une niche, deux marches, un bac à douche à l’italienne. C’est l’effet nouveauté ! », précise Thierry Robin.

 

 

 

Dernière ligne droite avant la finale internationale

À un mois de la compétition, Vlad Croitoru entame son huitième stage de préparation technique en carrelage à BTP CFA Vendée.

À un mois de la compétition, Vlad Croitoru en est à son huitième stage de préparation technique, sur les dix prévus. Il est accompagné de son coach Thierry Robin. Il s’entraîne sur la réalisation du drapeau russe.

« Vlad se prépare en conditions réelles, où il enchaîne trois journées de six heures et une de quatre heures, en respectant les temps de pause et de repas, explique Thierry Robin.Le rythme est soutenu. Ça me permet de voir quelles sont les phases où Vlad gagne du temps et les points qui restent encore à améliorer », conclut-il

 

Retrouvez la série « Objectif Kazan 2019 » sur ccca-btp.fr

 

 

La construction béton armé

Changement d’échelle et de matière avec le béton armé. Les épreuves sont réalisées par un binôme. Pour les Bleus, il s’agit de Clément Dronne, 19 ans, et Gaëtan Artuso, 20 ans, tous les deux venant des Pays de la Loire, une région décidément pourvoyeuse de champions.

C’est la deuxième fois que la France est en compétition dans ce métier. La construction béton armé avait fait son entrée à l’international en 2015, à São Paulo.

Une seule épreuve rassemble plusieurs aspects du coffrage. En 22 heures, il s’agit de tracer, coffrer et couler des murs, des poutres et un plancher. L’expert métier construction béton armé et coach du duo français, Frédéric Miquet, n’y voit pas trop de pièges techniques : « L’enjeu est lié au temps qui est très court. Il faut une bonne organisation et bien gérer le travail à deux, sans oublier une bonne préparation physique, car on est dans le gros œuvre. Les pièces sont grosses et il y a beaucoup de manipulation et de mouvements, notamment sur les échafaudages. »

 

Clément Dronne, 19 ans, et Gaëtan Artuso

 

 

 

Pour atteindre l’excellence

Les 44 membres de l’Équipe de France des Métiers se lèvent chaque matin à 5 h 30 pour effectuer leur réveil musculaire, qui comporte notamment une course dans les allées du WorldSkills Village. Cet exercice matinal est organisé par Stéphane Raynaud, leur coach et préparateur physique et mental.

Ce réveil musculaire a pour but de préparer physiquement et psychologiquement chaque candidat du collectif de l’Équipe de France aux journées intenses de compétition, de les mettre en condition et de leur permettre de se concentrer sur les épreuves du jour qui les attendent et de dépasser, appréhender le stress et gérer la pression de la compétition.

 

Footing de l’Équipe de France lors du réveil musculaire

 

Cohésion et esprit d’équipe

 

Ce moment est également propice pour favoriser le collectif et la cohésion, ainsi que l’esprit d’équipe entre les compétiteurs. Une équipe soudée, qui a profité d’une préparation et d’un entraînement comparables à ceux des athlètes de haut niveau, pour atteindre l’excellence et monter sur les marches du podium international.

Une fois les derniers conseils de Stéphane Raynaud reçus, les membres de l’Équipe de France entonnent comme un seul homme le chant qu’ils ont composé pour la compétition. Ensemble, déterminés et battants, les 44 jeunes français sont résolument prêts pour exprimer tout leur talent et montrer par la compétition l’étendue et la parfaite maîtrise de leur savoir-faire professionnel.

 

 

Centres d’excellence WorldSkills France

Depuis la composition de « La #TEAMFR2019 », les membres titularisés disposaient de six mois pour se préparer à la compétition internationale. WorldSkills France a mis en place un dispositif complet pour une préparation technique, physique et mentale. Les titulaires et les suppléants suivent ainsi des stages de perfectionnement technique sur une période de cinq à huit semaines non consécutive.

Durant ces stages, les experts métiers, des professionnels reconnus et rompus aux compétitions internationales, établissent un plan d’action pour optimiser la préparation technique de chaque compétiteur, au sein des centres d’excellence labellisés par WorldSkills France, sélectionnés pour la qualité de leur formation et la performance de leurs équipements.

Deux CFA du BTP à gouvernance paritaire sont labellisés Centre d’excellence WorldSkills France : BTP CFA Ille-et-Vilaine (Saint-Grégoire) en installation électrique, où Valentin Riobé s’est préparé, et BTP CFA Vendée (La Roche-sur-Yon) en carrelage, où s’est entraîné Vlad Croitoru.

 

 

La compétition en images

 

Alexis Nué, candidat français en menuiserie

 

Espace détente sur le site de compétition

 

Dimitri Bourgier, candidat français en plomberie et chauffage

 

Hall d’accueil du Parc international des expositions de Kazan

 

Francis Perrot-Minnot, candidat français en métallerie

 

Supportrice de l’Équipe de France des Métiers

 

Valentin Riobé, candidat français en installation électrique

 

Louis Solignac et Baptiste Fabre, binôme français jardinier-paysagiste

 

Atelier découverte du métier de couvreur pour les jeunes visiteurs

 

Audric Ronfort, candidat français en art floral

 

Supporters de l’Équipe de France

 

Animation sur le site de compétition

 

Arnaud Marandet, candidat français en tôlerie-carrosserie

 

Corentin Echivard, candidat en arts graphiques et pré-presse

 

Boîte à outils de Vlad Croitoru, candidat français en carrelage