Search for content, post, videos

Le Premier Ministre Édouard Philippe à BTP CFA Charente

2 mai 2019 – Le Premier ministre Édouard Philippe a visité jeudi 2 mai 2019 le BTP CFA Charente à Chasseneuil-sur-Bonnieure. Il y a dialogué avec les apprentis du BTP et annoncé de nouvelles mesure dans le cadre de la réforme de l’apprentissage. 

 

Edouard Philippe liste le BTP CFA d'Angoulême

 

 

Expliquer la réforme de l’apprentissage et échanger avec des apprentis en formation aux métiers du bâtiment et des travaux publics… C’était l’objectif de la visite du Premier ministre Édouard Philippe, accompagné de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et de Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, à BTP CFA Charente à Chasseneuil-sur-Bonnieure, jeudi 2 mai.

Une visite enrichit par des échanges très ouverts avec les apprentis

Convaincu que « l’apprentissage est la voie royale pour accéder à l’emploi », Édouard Philippe a rappelé les mesures « concrètes et efficaces » mises en place par la réforme de l’apprentissage, pendant ses deux heures de présence. Accompagné notamment de Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP, Flavien Delage, directeur de BTP CFA Charente et des membres du conseil d’administration de BTP CFA Poitou-Charentes, le Premier ministre a traversé les plateaux techniques du CFA : « Est-ce que l’ambiance est bonne ? Est-ce que ça correspond à ce que vous souhaitiez », demande-t-il à quelques jeunes en train de réaliser une cloison en plâtre concave. « Continuez à bien vous former, on a besoin d’excellents apprentis », lance-t-il à des apprentis charpentiers et menuisiers.

La visite s’est terminée par un arrêt à l’atelier Installation thermique et sanitaire. « Le Premier ministre était très à l’écoute des jeunes. On a parlé d’insertion. Il souhaitait savoir si les jeunes restaient dans leur entreprise formatrice à l’issue de leur formation », note Jocelyn Guerrin, formateur en Installation sanitaire et technique.

 

Edouard Philippe discute avec des apprentis BTP

 

Edouard Philippe rencontre des apprentis BTP

 

Edouard Philippe discute avec des apprentis BTP

Edouard Philippe a annoncé de nouvelles mesures

Une table ronde avec une trentaine d’apprentis a ensuite eu lieu. Le déficit d’image de l’apprentissage et le manque d’information au collège étaient au cœur des échanges. « En 4e j’avais de bons résultats, je souhaitais devenir maçon, mais on m’a vivement déconseillé de choisir la voie de l’apprentissage. Aujourd’hui je ne regrette rien », explique devant les ministres Johan Dudouit, en CAP Maçon, qui participera à la finale nationale du Meilleur apprenti de France, le 29 juin à La Roche-sur-Yon.

« L’idée n’est pas de dire que l’apprentissage c’est mieux. Il faut juste montrer et expliquer la diversité des formations, présenter les passerelles possibles et les nombreux débouchés. Je suis persuadé que c’est la solution. Il faut le dire et le répéter pour dépasser les préjugés », a indiqué Édouard Philippe en annonçant, dans la foulée, deux nouvelles mesures : l’amélioration de la découverte des formations professionnelles pendant les années collège et la création d’une plateforme numérique pour présenter les métiers et les débouchés filière par filière. « C’est à l’Éducation nationale de porter le chantier de l’orientation. Du côté des branches du bâtiment et des travaux publics, nous allons promouvoir l’image de notre secteur et de l’apprentissage dans le BTP à travers une campagne de communication de grande envergure, afin de montrer qu’on peut avoir une vie professionnelle et personnelle épanouissante dans ce secteur », a ajouté Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP.

« Vous êtes les meilleurs ambassadeurs »

Le Premier ministre a déterminé un autre chantier à mettre en œuvre : faire en sorte de garantir une formation et une entreprise à un jeune souhaitant se former par l’apprentissage. « Je sais que certains patrons, après une mauvaise expérience, sont réticents à embaucher un jeune en formation. Au-delà des mesures réglementaires, il y a surtout un effort de mobilisation collective à mener sur les territoires entre les acteurs concernés. Je suis convaincu qu’on peut le faire. » Alors que le nombre de jeunes en contrat d’apprentissage a bondi de 7,7 % en 2018 par rapport à l’année précédente, les besoins des entreprises restent considérables. « N’hésitez pas à dire autour de vous que l’apprentissage ça marche. Vous êtes les meilleurs ambassadeurs », a conclu Édouard Philippe.

 

Edouard Philippe au CFA BTP

 

 

Edouard Philippe et Gabriel Attal

 

Edouard Philippe pose avec un apprenti

 

Trois questions à…

Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP

 

Jean Christophe Repon et Edouard Philippe

 

Qu’est-ce qui vous a marqué lors de cette visite ?

J’ai ressenti une grande écoute de la part du Premier ministre et des membres du gouvernement qui l’accompagnaient. Cette visite est un important coup de projecteur sur l’apprentissage, tout particulièrement dans les métiers du BTP, à un moment où il se réforme. Lors de la table ronde, des témoignages ont montré la voie de formation d’excellence et de réussite qu’est l’apprentissage.
Je pense notamment à ce jeune qui a remercié la France pour son intégration professionnelle grâce à l’apprentissage et à celui qui a témoigné de son expérience lors de son orientation professionnelle, lorsqu’on on lui a déconseillé de choisir l’apprentissage, alors qu’il était bon élève en 4e. Il a confirmé son choix et s’en félicite.
La venue du Premier ministre a permis de mettre en lumière et de rappeler que l’apprentissage, notamment dans le bâtiment et les travaux publics, est un gage de réussite pour l’avenir des jeunes et de la France.

Quels sont sujets sur lesquels vous avez échangé avec le Premier ministre ?

J’ai rappelé l’importance pour la filière du bâtiment et des travaux publics de maintenir une offre de formation et de service de proximité auprès des entreprises et des jeunes. Ainsi que l’importance de l’investissement de notre secteur dans l’apprentissage depuis plus de 75 ans, à travers le CCCA-BTP. Il était également important de lui présenter les nombreuses actions que nous menons au profit du développement de l’apprentissage dans le cadre de notre plan stratégique Transform’BTP. Ce dernier est parfaitement aligné sur la réforme de la formation professionnelle, pour répondre aux nouveaux enjeux définis. J’ai aussi rappelé que l’investissement des professionnels du BTP dans la formation des jeunes était possible grâce à une contribution de nos entreprises et qu’il fallait maintenir son caractère déductible, pour garantir dans le temps la qualité de la formation.

 

Le Premier ministre a fait des annonces à propos du permis de conduire, qu’en pensez-vous ?

L’annonce de la baisse du prix du permis de conduire de 30 % pour les apprentis va dans le bon sens. Elle est un coup de pouce important pour les jeunes, qui favorise leur mobilité, nécessaire dans leur formation en alternance. Cette décision renforce le dispositif que nous proposons déjà conjointement avec PRO BTP, avec des aides financières au permis de conduire et à l’achat d’un premier véhicule.

 

Questions à… Flavien Delage, directeur de BTP CFA Charente 

 

Edouard Philippe et Flavien Delage

Que retenez-vous de cette visite ?

J’ai eu la chance de guider le Premier ministre pendant la visite des ateliers. J’ai apprécié sa simplicité dans les échanges et son écoute active. Cette rencontre est une belle occasion de valoriser les métiers et les centres de formation du bâtiment et les travaux publics, notamment le CFA du BTP de la Charente. Tous ont souligné la qualité de ce CFA, tant dans sa conception exemplaire que dans la qualité et l’innovation des outils pédagogiques proposés.

 

Que souhaitiez-vous dire à Édouard Philippe ?

J’ai pu discuter librement avec lui, principalement de la difficulté à orienter des élèves vers la filière professionnelle pour un CAP, un BP ou un bac pro. Un trop grand nombre de professionnels de l’orientation sous-estime cette voie, alors qu’elle permet une insertion durable dans la vie active. Il a aussi pris conscience de la difficulté des entreprises du bâtiment et des travaux publics à recruter aujourd’hui… Il a pu constater également que les CFA du BTP étaient réactifs en s’adaptant au plus près aux réalités du terrain. À la rentrée prochaine, BTP CFA de Charente crée le BP Électricien autour de la maison connectée. Au mois de mai, nous recevons également des entreprises de travaux publics, pour identifier leurs besoins et réfléchir à une formation adaptée qui sera proposée au dernier trimestre 2019.

BTP CFA Charente

 

Témoignage

Alexandra Coudret, 23 ans, en CAP connexe (en 1 an) Menuisier fabricant. 

Alexandra Coudret apprenti menuiserie

Lors de la table ronde avec le Premier ministre, j’ai souhaité évoquer mon parcours et les difficultés que j’ai rencontrées lors de mon entrée en apprentissage.
Je suis en CAP Menuisier fabricant en un an depuis septembre 2018, après l’obtention d’une licence en géographie à Poitiers. Je ne voyais pas de perspective dans ce domaine. Pendant ces années à la faculté, je me suis peu à peu passionnée pour le bois en réalisant des objets. J’avais du temps !
Je me suis dit qu’en maîtrisant la technique, je pourrais aller plus loin. Je me suis renseignée sur Internet pour connaître les métiers associés au bois. J’ignorais qu’on pouvait passer d’un bac + 3 à l’apprentissage, on n’est pas suffisamment informé sur les passerelles possibles…

Très vite, j’ai été en contact avec BTP CFA Charente. J’y ai bénéficié d’un bon accueil et d’un accompagnement efficace dans mes démarches. La difficulté s’est située lors de la recherche d’une entreprise.
Le fait d’être une femme a été un blocage : on m’a demandé si j’étais capable de porter la même charge qu’un homme ou encore si j’avais un fort caractère… On imagine plutôt les femmes en ébénisterie-marqueterie, mais pas en menuiserie…

Aujourd’hui, je souhaite me perfectionner en menuiserie grâce à un BP. Je suis à la recherche d’une entreprise pour me former. Je souhaitais aborder d’autres sujets devant les ministres, comme le pouvoir d’achat des jeunes, mais c’était trop court !

J’espère qu’on a été entendu.