Deux nouveaux projets internationaux du CCCA-BTP sélectionnés dans le cadre du programme européen Erasmus+

Deux nouveaux projets internationaux du CCCA-BTP sélectionnés dans le cadre du programme européen Erasmus+

21 octobre 2020 – Le CCCA-BTP mène une politique européenne active au profit des entreprises et des jeunes. Deux projets européens d’ingénierie pédagogique menés par le CCCA-BTP ont été sélectionnés par l’Agence Erasmus+ France : RenovUp et EasyECVET.

Le programme Erasmus+ permet de financer des actions de mobilité, des échanges scolaires, mais aussi des partenariats stratégiques dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse. Le CCCA-BTP, acteur reconnu dans la mobilité européenne des apprentis, conduit également des partenariats stratégiques avec d’autres pays européens, soutenant l’innovation et l’échange de bonnes pratiques. Dans ce cadre, deux nouveaux projets conduits par le CCCA-BTP pour la période 2020-2023 ont été sélectionnés par l’Agence Erasmus+ France pour un cofinancement européen : RenovUp, qui porte sur la professionnalisation des responsables des chantiers de rénovation de bâtiments en Europe, et EasyECVET, qui concerne l’échange de bonnes pratiques pour renforcer les acquis d’apprentissage à l’étranger.

« La sélection de ces deux projets européens, dont la qualité a été saluée par l’agence Erasmus+ France / Éducation Formation, souligne une nouvelle fois l’expertise du CCCA-BTP en pédagogie de l’alternance et, plus largement, dans sa capacité à définir des stratégies d’ingénierie pédagogique. EasyECVET et RenovUp nous permettront également de renforcer les liens de coopération avec nos partenaires européens, notamment du réseau REFORME, et de développer l’internationalisation des compétences au sein des organismes de formation du BTP, qui est au cœur de notre stratégie de développement des compétences des jeunes, des formateurs et des entreprises. Avec ces deux projets, notre état d’esprit est bien de comparer et de confronter avec nos partenaires européens nos pratiques respectives, pour identifier et comprendre les situations et les besoins de chacun, mais aussi et surtout de collaborer pour co-construire ensemble et déployer des solutions et des dispositifs de formation innovants et immédiatement opérationnels, en parfaite adéquation avec les attentes des entreprises de notre secteur du BTP, de leurs salariés et des jeunes qui se forment à nos métiers. »

Éric Routier, président du CCCA-BTP

Le CCCA-BTP, acteur du système ECVET depuis 2015

Une recommandation européenne de 2009 invite les États membres à mettre progressivement en œuvre le système ECVET (European credit system for Vocational Education and Training – Système européen de crédits d’apprentissage pour l’enseignement et la formation professionnelle). Les ECVET sont des unités d’acquis d’apprentissages constituées de connaissances, d’aptitudes et de compétences. C’est un système de points développé par l’Union européenne, pour faciliter la transparence et la comparabilité des qualifications et des formations professionnelles entre les différents pays de l’Union.

Le CCCA-BTP utilise le système ECVET depuis 2015, notamment à l’occasion de la mobilité européenne dont les apprentis du BTP bénéficient. Il souhaite aujourd’hui étendre son champ d’application dans les actions de mobilité transnationale qu’il organise chaque année avec ses partenaires européens, afin que la reconnaissance des acquis d’apprentissage des jeunes dans d’autres pays européens soit pleinement intégrée dans les processus de validation des compétences pouvant conduire à des certifications nationales comme les diplômes.

« En 2014, le CCCA-BTP a créé le Brevet professionnel à composante européenne (BPCE). Pour lui donner un ancrage européen encore plus fort, nous avons décidé de mobiliser la cadre technique ECVET : avec l’aide de formateurs des CFA du BTP, nous avons mis au point des outils d’évaluation ECVET utilisés pour le BPCE. En 2015, nous avons expérimenté sur le terrain les premières évaluations ECVET. Et la première promotion à avoir bénéficié de la note ECVET dans l’obtention du diplôme date de 2017. Le succès du BPCE, avec plus de 600 jeunes concernés, a permis d’ancrer et de déployer la démarche ECVET. Nous avons créé des outils simples et efficaces dont les CFA se sont emparés. Malgré ce résultat très positif pour les CFA en France, nous avons pu constater que le cadre ECVET n’est utilisé que par un nombre restreint de partenaires avec lesquels le CCCA-BTP coopère depuis plusieurs années. Notre souhait avec le projet EasyECVET est d’étendre son champ d’application dans les actions de mobilité transnationale, que le CCCA-BTP organise chaque année avec ses partenaires européens. La reconnaissance des acquis d’apprentissage des jeunes dans d’autres pays européens doit être pleinement intégrée dans les processus de validation des compétences. »

Pierre Touillon, conseiller formation au pôle Internationalisation des compétences du CCCA-BTP.

Cinq pays européens impliqués dans le projet EasyECVET jusqu’en 2023

Le projet EasyECVET du CCCA-BTP bénéfice d’une subvention de 105 778 € dans le cadre du programme Erasmus+ de la Commission européenne. Cinq organismes de formation professionnelle ou écoles dans cinq pays européens (Belgique, Danemark, Finlande, France et Espagne) sont partenaires de ce projet, mené sur une période de trois années, jusqu’au 31 août 2023. Ce projet va être rythmé par l’alternance de six réunions transnationales (analyse de pratiques, exploration d’autres contextes, ingénierie de formation) et par des « ateliers d’échanges de pratiques et de productions ». Ces deux groupes de travail produiront, en étroite collaboration et en synergie, des protocoles et des outils nécessaires à la réalisation d’évaluations ECVET.

« Certains pays ont déjà éprouvé ECVET, d’autres souhaitent le faire. Ce mélange d’expérience et de noviciat nous a paru important pour mener une réflexion et une production d’outils de qualité. Pour mener à bien ce projet, nous avons opté pour un fonctionnement à deux niveaux : des réunions transnationales, deux par an qui ont une vocation de « think tank » et des « activités d’apprentissages », phase opérationnelle avec la présence de trois référents mobilité européenne issus des centres de formation de BÂTIMENT CFA Normandie, BTP CFA Centre-Val de Loire et BTP CFA Occitanie, qui participeront à des ateliers pour rencontrer leurs homologues et confronter leurs expériences. Les outils qui seront créés à l’issue de ces rencontres seront testés sur le terrain au cours des quinze derniers mois du projet. Il s’agit de mettre en place un dispositif fiable, concret, qui fonctionne efficacement. », ajoute Pierre Touillon.

RenovUp, un dispositif de formation pour mieux piloter les chantiers de rénovation

Le CCCA-BTP a également initié un autre projet européen qui vise à créer des dispositifs de professionnalisation pour les chefs de chantier et les chefs d’équipe, pour le pilotage des chantiers de rénovation des bâtiments en Europe. Le projet RenovUp, mené sur une période de trois ans du 1er septembre 2020 au 31 août 2023, bénéficie d’une subvention de 413 987 €, dans le cadre du programme Erasmus+ de la Commission européenne.

« Le CCCA-BTP avait déjà participé au projet Erasmus+ ConstructyVET portant sur le développement des compétences des cadres moyens sur les chantiers, mais celui-ci ne tenait pas suffisamment compte des spécificités liées à la rénovation des bâtiments et ses différentes contraintes. Alors qu’il existe un besoin réel, confirmé par les entreprises et les fédérations professionnelles, de renforcer leurs capacités à comprendre et à réaliser des diagnostics de bâtiments à rénover, à mieux anticiper et planifier les interventions spécifiques à la rénovation du bâti ancien. »

Marek Lawinski, responsable du pôle Internationalisation des compétences, CCCA-BTP

Ce projet réunit quatre partenaires européens expérimentés et complémentaires dans les domaines de la conception et mise en œuvre de dispositifs de professionnalisation destinés aux cadres, techniciens et ouvriers du bâtiment : en Italie (FORMEDIL), en Espagne (FLC Asturies), un organisme de recherche technologique et pédagogique reconnu en Pologne (réseau LUKASIEWICZ ITE) et en Grèce, une fédération professionnelle du secteur, également organisme de conseil (PEDMEDE).  « Ces partenaires ont décidé de travailler ensemble, car les besoins sont relativement similaires dans tous les pays concernés. Le projet devra principalement répondre aux attentes des petites et moyennes entreprises en termes d’évolution des compétences de leurs chefs de chantier et chefs d’équipe, spécifiques à la rénovation des bâtiments, en lien avec la transition énergétique, les normes de santé et de sécurité au travail », ajoute Marek Lawinski

RenovUp, une démarche pédagogique innovante et une validation des acquis via des Open Badges

Avec RenovUp, une démarche systémique et transnationale sera déployée, basée sur des coopérations entre des acteurs associés nationaux, régionaux et locaux intervenant sur les champs de l’orientation, de la formation professionnelle, de l’évaluation et de la reconnaissance des acquis d’apprentissage.

Le projet proposera notamment des formations en situation de travail en entreprise, complétées par des modules de formation en centre de formation et en e-learning,  des « open badges » pour l’évaluation et la reconnaissance des acquis de l’apprentissage et la formation des formateurs et des maîtres d’apprentissage/tuteurs d’entreprise préparant à l’accompagnement et à la formation.

De la conceptualisation à la mise en œuvre, de l’expérimentation in situ à l’évaluation des résultats, les productions seront supervisées et évaluées en continu par des groupes nationaux d’experts. Six séminaires transnationaux biannuels seront ainsi organisés tout au long du projet, afin de les évaluer, y apporter d’éventuelles adaptations, et de les valider.

L’objectif est de répondre durablement aux attentes des PME/PMI, en termes d’évolution des compétences dans la rénovation des bâtiments, grâce au renforcement des partenariats éducatifs et professionnels noués localement, nationalement et au niveau transnational, pour répondre durablement aux attentes des entreprises du secteur de la rénovation des bâtiment, en termes de compétences de leurs chefs de chantier et chefs d’équipe. Il s’agit aussi d’assurer une meilleure intégration de la formation en situation de travail dans les projets de professionnalisation des professionnels du BTP, ainsi que des objectifs environnementaux et des normes de santé et sécurité au travail, en constante évolution, dans la gestion des chantiers et des équipes sur les chantiers de rénovation des bâtiments.

« D’autres singularités caractérisent ce projet. Ce dispositif de professionnalisation se décline à trois niveaux : le projet proposera notamment des formations en situation de travail en entreprise, complétées par des modules en centre de formation et en e-learning. En parallèle, RenovUp prévoit un dispositif de professionnalisation des formateurs pour leur permettre de se perfectionner à l’analyse des activités et de l’apprentissage en situations de travail et à l’évaluation et à la reconnaissance des acquis de l’apprentissage. Enfin, la validation des acquis se fera la promotion et l’instauration des « Open Badges » comme une forme plus souple et plus facile à mettre en œuvre que les certifications. »

Marek Lawinski, responsable du pôle Internationalisation des compétences, CCCA-BTP