Search for content, post, videos

S’appuyer sur l’expertise des CFA pour « Offrir un avenir professionnel »

Le CCCA-BTP a présenté plusieurs solutions pratiques conçues et déployées par le CCCA-BTP au profit des organismes de formation, au cours de l’atelier : « Offrir un avenir professionnel et assurer la montée en compétences des apprenants », à l’occasion de la 17e Université d’Hiver de la Formation Professionnelle (UHFP). Ces solutions témoignent de la capacité des CFA à offrir un avenir professionnel en s’appuyant sur leurs savoir-faire existants. C’est notamment le cas avec l’Action de formation en situation de travail (AFEST) et le développement des compétences des chefs de chantier et d’équipe avec le projet européen ConstructyVet.

 

Acquérir une compétence en situation de travail

L’Action de formation en situation de travail (AFEST) va permettre aux entreprises de former des collaborateurs sans expérience avec la possibilité d’obtenir la validation totale ou partielle d’une certification professionnelle. Ce mode de formation, novateur du point de vue de sa reconnaissance, demande un changement de posture du formateur qui accompagnera l’entreprise dans cette démarche. Selon une enquête récente, seulement 41 % des entreprises envoient leur collaborateur en formation pour des formations réglementaires. « Il y a ainsi un levier important de développement et de montée en compétences des collaborateurs dans les entreprises du BTP », précise Christelle Soulard responsable du pôle Certifications du CCCA-BTP. On est aux prémices de cette modalité de formation. C’est important que tout le monde comprenne comment elle fonctionne, quelles sont ses forces, ses limites, pour qu’elle soit utilisée à bon escient et qu’elle puisse progresser. Les situations d’Afest doivent être bien préparées, bien diagnostiquées avec l’entreprise, et le collaborateur en question. C’est une vraie opportunité pour les entreprises du BTP de pouvoir former en situation de travail. »

Concevoir un programme de formation grâce à un partenariat européen

Pendant trois ans, le CCCA-BTP s’est investi dans un projet Erasmus+ ambitieux « ConstructyVET », pour le développement des compétences des chefs de chantier et d’équipe. Huit centres de formation de différents pays européens étaient parties prenantes. Ce programme avait pour objectif d’initier un processus centré sur le développement des pratiques pédagogiques novatrices et de contribuer à l’innovation en matière de formation professionnelle des cadres intermédiaires. « ConstructyVET est un exemple concret où comment, en s’appuyant sur un projet international, on peut innover dans l’ingénierie pédagogique. Cela nous a permis de voir comment la qualité et l’innovation sont perçues ailleurs, explique Marek Lawinski, responsable du pôle Internationalisation des compétences du CCCA-BTP. Ce projet nous a permis de revisiter l’analyse des situations de travail, de les exploiter au niveau des programmes de formations dans les CFA et de créer un véritable cercle d’échange ».

À lire : ConstructyVet : le CCCA-BTP et 5 CFA de la région Nouvelle-Aquitaine se mobilisent pour l’innovation pédagogique européenne

Le DAAFA, l’AFEST, ConstructyVET… Ces quelques exemples d’actions menées par le CCCA-BTP pointent les trois éléments majeurs constituant les pivots des transformations pédagogiques réussies : l’innovation pédagogique, la recherche de la qualité de la formation et la maîtrise des ingénieries de formation. « À l’occasion de cet atelier à l’UHFP, Jean Clénet nous a rappelé qu’offrir un avenir professionnel aux jeunes, c’est avant tout leur montrer qu’il y a une place pour eux dans la société. Un apprenti trouve sa place sociale, professionnelle et citoyenne grâce à son métier, note Jacques-Olivier Hénon, directeur des politiques de formation et de l’innovation pédagogique du CCCA-BTP. Il nous a aussi précisé que la pédagogie de la formation professionnelle et de l’apprentissage a pour objectif de relier les gens entre eux, relier un apprenti et un maître apprentissage, un CFA et une entreprise… »

« Demain, s’il ne restait qu’une expertise dans un CFA, ce serait cette capacité à relier, à donner de la profondeur, à mettre les gens en mouvement, à les accompagner. L’un des grands leviers de la formation professionnelle est l’écoute : si on n’écoute pas les jeunes, les entreprises, on ne sait pas ce dont ils ont besoin… Sans ce travail d’écoute, les CFA ne peuvent pas offrir aux apprenants et aux entreprises des formations pédagogiques de qualité. C’est le cœur de notre métier. »
Jacques-Olivier Hénon, directeur des politiques de formation et de l’innovation pédagogique du CCCA-BTP