Trois start-up intègrent l’accélérateur santé-prévention dans le BTP

accélérateur santé prévention présentationLe dernier comité de sélection de l’accélérateur santé/prévention BTP a sélectionné, le 5 février dernier, trois start-up innovantes, pour intégrer l’éco-système Impulse Labs et bénéficier du soutien des quatre partenaires fondateurs, le CCCA-BTP, l’OPPBTP, PRO BTP et la Fondation Excellence SMA.

Lancé en mai 2018, l’accélérateur « Santé-Prévention dans le BTP », créé par le CCCA-BTP, l’OPPBTP, PRO BTP et la Fondation Excellence SMA, compte désormais 33 start-up depuis le 7e comité de sélection, qui s’est déroulé le 5 février 2020 dans les locaux de Loxam. Objectif : identifier, qualifier et apporter de la visibilité aux solutions innovantes qui permettent de réduire la pénibilité, les accidents et améliorer la santé et sécurité au travail.

«Soutenir l’innovation est un objectif naturel dans le BTP. Mais depuis deux à trois ans, un élément favorable est apparu : le regard porté sur l’innovation a changé dans le secteur. La filière a pris conscience que les innovations dans les matériaux, les méthodes constructives et les matériels étaient nombreuses, mais pas suffisamment valorisées ni portées par la profession », souligne Paul Duphil, secrétaire général de l’OPPBTP. 

Quatre start-up ont « pitché », trois ont été sélectionnées

Quatre start-up ont « pitché » lors du dernier comité de sélection devant un jury d’une centaine de professionnels du BTP. Après sept minutes de présentation, s’ensuit un échange de trois minutes avec la salle, puis le témoignage d’un client. Les start-up sont jugées sur la base de cinq critères : le caractère innovant de leur technologie ou service ; l’accessibilité du marché visé ; l’équipe, les compétences et expertises mobilisées, la capacité à porter le projet ; la fiabilité de leur business model ; l’adéquation de la start-up avec les thématiques santé et prévention de l’accélérateur. Après l’analyse des votes, trois start-up sur les quatre ont été sélectionnées et intègrent l’accélérateur.

Rovenso

Créée en 2016 et aujourd’hui basée en Suisse romande, l’entreprise a développé « Roveo », un drone terrestre pourvu de quatre roues indépendantes les unes des autres. Il est conçu pour faire des rondes en intérieur et en extérieur et détecter à la fois un élément manquant dans un stock de marchandises, un départ de feu ou encore une fuite de gaz éventuelle. Rovenso cible en priorité les sites de surveillance et de sûreté des sites industriels. Et dans le BTP ? Certains membres du jury jugent que « la solution promet des belles applications dans le secteur du BTP. »

 

 

 

 

 

Bioservo

Bioservo Technologies est une société suédoise de technologie et de développement associant science médicale et robotique moderne. Elle s’est spécialisée dans la technologie des exosquelettes (dispositifs portables non invasifs). Elle a développé « l’Ironhand », une solution robotique comprenant un gant léger relié à une alimentation autonome, portée comme un sac à dos. L’Ironhand peut développer chez son porteur une force de 80N en quelques millisecondes. Il est doté d’une fonctionnalité de collecte de données permettant une digitalisation de l’évaluation des risques ergonomiques et l’amélioration continue des gestes des opérateurs. Depuis juin 2019, Bioservo, le Groupe Eiffage et Loxam ont mené une expérimentation dans le but d’évaluer le potentiel de location « d’Ironhand » sur le marché français. Depuis janvier 2020, Loxam et Bioservo ont signé un contrat de location exclusif : le gant bionique Ironhand sera disponible à la location dans douze métropoles (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes et Reims). Le comité de sélection estime « que l’ « Ironhand » apparaît comme un produit de qualité à l’impact positif sur la santé des salariés. »

SkyVisor

accélérateur santé prévention Skyvisor

La jeune entreprise française SkyVisor, créée à l’été 2019, commercialise une solution d’inspection industrielle par drone pour les infrastructures difficiles d’accès : éoliennes, bâtiments et pylônes électriques. Cette solution permet aux techniciens d’inspecter leurs infrastructures simplement et de façon entièrement autonome. Elle peut se substituer à certaines inspections humaines en hauteur. Ce suivi facilité permet d’identifier les dysfonctionnements en amont. Le jury a retenu cette start-up, car ce qu’elle propose « semble adaptable à certaines problématiques du secteur du BTP comme l’inspection de bâtiment en hauteur ou le contrôle de grue. Le service évite l’intervention de cordistes uniquement dans un but d’inspection. »

 

« Faire témoigner les start-up des apports de l’accélérateur »

Selon Quentin Martin-Laval, directeur de l’innovation de PRO BTP, « les comités de sélection permettent de découvrir de nouvelles solutions, de s’interroger, et de voir dans quelle mesure elles peuvent nous aider à repenser notre métier. Par exemple, chez PRO BTP, nous avons mis en place un partenariat avec la société Doctoconsult (aujourd’hui Doctopsy), qui a intégré l’accélérateur en février 2019. Nous avons fait le choix d’ouvrir un accès à ce service sur nos espaces web. Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait des besoins dans la filière BTP. » Pour les prochaines séances, le comité de sélection de l’accélérateur réfléchit à apporter quelques nouveautés : « En plus de sélectionner des sociétés innovantes, nous souhaitons faire témoigner les entreprises sur leur démarche innovation. Nous allons aussi inviter des start-up intégrées dans l’accélérateur pour qu’elles puissent témoigner des apports de cette structure et de la façon dont les innovations essaiment dans le BTP. Il s’agit d’un retour d’expérience collectif pour faire le point, donner des conseils et d’autres idées pour la suite de l’aventure », conclut Paul Duphil. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Trois start-up intègrent l’accélérateur santé-prévention dans le BTP”