Search for content, post, videos

#3 En direct de la WorldSkills Competition 2017 : avec Anthony Chatelain, compétiteur en menuiserie

Début des épreuves dimanche matin 15 octobre à l’Abu Dhabi National Exhibition Center (ADNEC) pour les 1 300 candidats en compétition de cette 44e édition de la WorldSkills Competition. Les 38 jeunes talents qui composent l’Équipe de France des Métiers étaient fin prêts dès 8 heures, dont les trois concurrents issus des CFA du réseau de l’apprentissage BTP (voir newsletter #1 du 13 octobre 2017). Après quelques minutes d’échanges avec leurs experts métier pour le briefing du matin, ils ont rejoint leurs espaces de travail.

C’est le cas d’Anthony Chatelain, compétiteur en menuiserie, formé à BTP CFA Vosges (Arches) en alternance dans l’entreprise SARL MBC Menuiserie (Dounoux, 88), dirigée par Bernard Colin. Celui-ci, très investi dans la préparation et l’accompagnement d’Anthony, est venu à Abu Dhabi le soutenir, ainsi que Laurent Rouxel, le formateur en menuiserie d’Anthony au CFA, également très présent tout au long de sa préparation technique. Reportage et rencontres au cœur du stand menuiserie.

Des sujets et des épreuves au stand menuiserie

Sous l’un des immenses barnums extérieurs aménagés pour la compétition, où sont installés les pôles menuiserie, ébénisterie et jardins-paysages, il fleure bon de légères senteurs boisées fraîchement échappées des ouvrages en construction sur les stands. Pas de temps pour les candidats d’humer la matière, entièrement dévoués aux épreuves de ce premier jour de concours et bien décidés à montrer de quel bois leur talent se chauffe.

Le top départ de la compétition en menuiserie a été donné à 9 heures 30. Après avoir pris connaissance des sujets à réaliser, dont 30 % au maximum sont modifiés par rapport à ceux communiqués aux candidats trois mois avant le début de la compétition, les jeunes ont analysés les plans qui leur ont été remis et se sont lancés dans la réalisation de l’épreuve du jour, dans les temps qui leur sont impartis.

Sans perdre une minute, celle qui peut faire la différence, Anthony Chatelain s’est activé avec ferveur mais sans précipitation et avec concentration à la réalisation de son ouvrage. Si sa préparation est primordiale pour se lancer dans la compétition avec tous les atouts de la réussite, l’objectif est aujourd’hui pour lui le concours. D’emblée, ses gestes sont précis, maîtrisés et sûrs, tout simplement professionnels.

La préparation technique, une étape clé avant la compétition

Pour affronter sereinement les quatre jours de compétition et leurs concurrents, les membres de l’Équipe de France des Métiers ont suivi, au cours des derniers mois, des stages de préparation technique de haut niveau appelés Module 2. Ces stages, réalisés aux côtés de leurs experts métiers, se déroulent durant trois semaines non consécutives, dans les centres d’excellence labellisés par WorldSkills France et au sein d’établissements de formation.

Pour la menuiserie, Anthony Chatelain a suivi son stage de préparation technique au CFA des Compagnons du devoir d’Albi (Tarn). Une équipe de Parcours BTP a suivi Anthony durant son deuxième stage du 26 au 30 juin dernier. Reportage…

Deux CFA du BTP à gouvernance paritaire du réseau de l’apprentissage BTP sont ainsi centres d’excellence : BÂTIMENT CFA Ille-et-Vilaine (Saint-Grégoire) en installation électrique et BTP CFA Vendée (La Roche-sur-Yon) en carrelage.

Les membres de l’Équipe de France peuvent également bénéficier d’une préparation technique à l’étranger, lors de compétitions nationales d’autres pays membres de WorldSkills. WorldSkills China avait ainsi invité plusieurs compétiteurs français à venir participer à une compétition internationale organisée en Chine. Ce sont au total onze membres de l’Equipe de France des Métiers 2017 qui ont eu la chance d’avoir un avant-goût d’une compétition internationale et ont eu l’opportunité de se mesurer à leurs homologues chinois et étrangers.

Ce fut le cas pour Anthony Chatelain, qui s’est envolé pour Hong Kong, où il a remporté une médaille d’or, avec Anthony Charron en plomberie et chauffage.

L’épreuve de menuiserie

Sur les quatre jours de la compétition, les 25 candidats en menuiserie doivent réaliser deux sujets sur une période de onze heures chacun (sept heures le premier jour et quatre heures le deuxième, avec la même répartition pour les troisième et quatrième jours).

Le premier est un sujet 2D, qui représente un châssis avec plusieurs morceaux de bois et pour lesquels des assemblages de pièces doivent être réalisés. Le second est un sujet en 3D, avec toujours un assemblage de pièces entre elles, mais en volume : « C’est dans la complexité des assemblages que réside la difficulté des épreuves, avec les coupes anglées qui servent à raccorder les rainures, les moulures ou encore les chanfreins », explique Loïc Royer, l’expert métier. Si le niveau de difficulté est identique entre les deux sujets, les concurrents ne s’organisent pas de la même manière selon qu’il s’agit de l’ouvrage en 2D ou en 3D.

« Chaque candidat peut découper ses phases de fabrication comme il le souhaite, même s’il y a un ordre de travail commun à tous les pays. Mais en fonction du barème de notation, les candidats doivent apprécier là où ils doivent passer le plus de temps pour affiner la qualité des assemblages intérieurs et extérieurs des deux ouvrages à réaliser », poursuit Loïc Royer.

La gestion du temps est l’une des difficultés les plus importantes des épreuves, car les candidats ont tout intérêt à en gagner sur toute la longueur de la compétition, tout particulièrement au moment de la finition :

« En menuiserie, si on n’a pas assemblé la pièce, on ne peut pas obtenir la majorité des points », conclut Loïc Royer.

Mode d’emploi pour sujets de compétition

Trois mois avant le début de la compétition, les sujets sont communiqués aux candidats simultanément dans tous les pays, qui peuvent ainsi se préparer au mieux. 30 % des contenus sont modifiés le jour même où la compétition commence, afin que les candidats ne disposent pas de toutes les informations.

Lors de ces changements, le rôle des experts métier est particulièrement important. Chacun, connaissant son candidat national, essaie d’introduire des éléments sur lesquels le jeune en compétition a des atouts par rapport à ses concurrents.

L’objectif de ces discussions, organisées dans la semaine précédant le début des épreuves, est aussi d’élever sans cesse le niveau des difficultés vers le haut des compétences professionnelles propres à chaque métier. Les barèmes de notation par épreuve sur les quatre jours de compétition ainsi que l’établissement du programme journalier est également arrêté à cette occasion.

C’est ici que se dessine l’avenir

10 heures… Dès l’ouverture publique de la WorldSkills Competition, les allées de l’ADNEC se sont rapidement remplies de centaines de jeunes visiteurs venus de tout le pays découvrir les métiers du monde. Les organisateurs attendent plus de 100 000 visiteurs sur quatre jours, dont plus de 80 000 jeunes et 10 000 supporters des 62 pays en compétition.

Bien disciplinés, les jeunes, essentiellement des jeunes filles en ce premier jour de la compétition, stationnent par vague devant chaque stand, visiblement impressionnées par le talent et le travail que réalisent les candidats, comme happées par la découverte des métiers.
La WorldSkills Competition a aussi cet objectif d’être un gigantesque salon de l’orientation et de promotion des métiers et des filières de formation professionnelle. En grandeur nature, la compétition met en lumière la réalité des métiers et offrent à des milliers de jeunes de voir concrètement les opportunités que leur promet leur avenir professionnel.

Un détour par la cuisine

Les visiteurs de la WorldSkills Competition ont la possibilité de participer aux épreuves de service en salle, notamment l’épreuve de « fine dining », où sont servis les mets préparés par les compétiteurs en cuisine.

Paul Marcon, aujourd’hui second chez Jeremy Galvan, une étoile au Guide Michelin, est le candidat qui représente et défend les couleurs de son métier. Pour la WorldSkills Competition, il a naturellement mis les petits plats de son talent dans les grands de la compétition… Détour par la cuisine des épreuves à deux minutes de la cloche. Dans l’effervescence de la dernière poignée de secondes, tout s’accélère…

La police est dans la course

En marge de la compétition, de nombreuses animations sont proposées aux visiteurs, ainsi qu’un espace salon, où des stands de partenaires de la WorldSkills Competition ont été installés : institutions émiriennes de l’éducation et de la formation professionnelle, industriels…

La police d’Abu Dhabi aussi est présente, pour faire découvrir aux visiteurs ses services et les dernières technologies de prévention et de surveillance qu’elle utilise. Les modèles des véhicules de patrouille sont également exposés pour le plus grand plaisir des amateurs de course poursuite : Ferrari et Lamborghini. Bonne route !