Search for content, post, videos

Des jeunes franciliens en quête d’avenir !

31 octobre 2019 – Pendant deux jours, les 17 et 18 septembre 2019, plus de 13 000 jeunes de la région Île-de-France, se sont rendus au salon Jeunes d’Avenirs, qui se tenait à La Villette à Paris. Le CCCA-BTP, avec les sept CFA de BTP CFA Île-de-France, participaient à ce salon, pour promouvoir auprès des jeunes en recherche d’une formation les métiers du BTP et l’apprentissage pour s’y former. La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) animait le village « Les métiers des travaux publics, #FranchementRespect ».

 

 

Permettre à des jeunes de 16 à 30 ans de trouver une formation en alternance, en particulier par la voie de l’apprentissage… C’est l’objectif du salon Jeunes d’Avenirs. « Nous avons accueilli environ 1 000 visiteurs de plus cette année par rapport à l’édition précédente. Le profil type est un jeune âgé de 18 à 25 ans, de niveau bac à bac +2, résidant surtout dans les départements de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val d’Oise et relativement, très en demande d’informations pour une orientation », explique Joséphine Delvolvé, du groupe AEF info, organisateur du salon. Nous observons une tendance à la hausse pour l’alternance : un quart des participants, inscrits dans un CFA, étaient à la recherche d’une entreprise, c’est 8 % en plus que l’année dernière. Et environ 20 % des jeunes qui se sont déplacés souhaitaient trouver une formation en alternance. » 

Parmi les 230 exposants (institutions, associations, Opco, branches professionnelles, entreprises, organismes de formation et CFA), les métiers du bâtiment et des travaux publics étaient largement représentés, avec une présence significative du CCCA-BTP et de la FNTP. 

« La population est très semblable aux personnes qui viennent nous voir dans les CFA. Ce sont, pour un grand nombre, des jeunes en recherche d’orientation, mais aussi venus de missions locales, des décrocheurs, et des mineurs non accompagnés arrivés en France ces 18 derniers mois. »
Nadine Bessonard, conseillère jeunes et entreprises à BTP CFA Saint-Denis. 

 

 

Des besoins importants d’apprentis dans la couverture, la menuiserie et la peinture

 

L’association régionale BTP CFA Île-de-France, avec ses sept CFA, représente 25 % de l’apprentissage dans la région. « En deux jours, nous avons comptabilisé une soixantaine de jeunes intéressés. Nous avons échangé avec eux et précisé leur projet, afin de les mettre en contact avec le CFA du BTP le plus proche de leur lieu de résidence », précise Véronique Albart, chargée de relations entreprises au sein de BTP CFA Île-de-France. 

« Beaucoup se sont renseignés sur le secteur de la plomberie et du chauffage, mais aussi pour des postes de chef de chantier. J’ai également échangé avec des jeunes qui souhaitent se réorienter. C’est le cas d’un jeune titulaire d’un bac S devenu infirmier. Après avoir exercé six mois, il souhaite se réorienter vers un métier du BTP. » 
Véronique Albart, chargée de relations entreprises au sein de BTP CFA Île-de-France.

 

 

En Île-de-France, les besoins de recrutement d’apprentis des entreprises concernent essentiellement les secteurs de la couverture, de la menuiserie et de la peinture. Depuis 2017, BTP CFA Île-de-France a mis en place un numéro Vert. 

« Cela permet aux entreprises d’exprimer facilement leurs besoins en recrutement et en compétences. C’est un outil simple et efficace qui fonctionne bien. Nous sommes en relation avec 1 700 entreprises franciliennes. Il est important d’être à leur écoute et de leur proposer des solutions. Nous menons également une démarche active auprès d’entreprises qui ne forment pas encore d’apprentis. Je n’hésite pas à m’arrêter sur les chantiers pour parler de l’apprentissage et recueillir les besoins des entreprises ! »

Véronique Albart, chargée de relations entreprises au sein de BTP CFA Île-de-France.

 

 

 

Travaux publics : l’effet du Grand Paris

 

Les métiers des travaux publics ont également suscité un fort engouement auprès des visiteurs du salon. La FNTP, avec une vingtaine d’entreprises du secteur présentes (Eiffage, AXEO TP, Demathieu et Bard, Vinci Construction Terrassement, Colas, Bouygues, NGE, Spie Batignolles…), a répondu aux nombreuses sollicitations. « Les entreprises sont très satisfaites de cette édition. Avec les travaux liés au Grand Paris, elles ont d’importants besoins en ouvriers et en encadrement de chantier », explique Anne-Claude Coudevylle-Carette, chargée de mission au sein de la direction des Affaires sociales de la FNTP.

C’est le cas d’AXEO TP, filiale du Groupe Suez, spécialisée dans les travaux sur réseaux, dont le siège est à Gennevilliers (93). « C’est notre deuxième participation à ce salon. Le bilan est très positif, avec de nombreux retours qualitatifs. Nous constatons encore une forte méconnaissance de nos métiers des travaux publics auprès des jeunes collégiens. Beaucoup confondent encore les métiers du bâtiment et des travaux publics. Le Grand Paris crée d’importants besoins. Notre priorité aujourd’hui est d’attirer des jeunes dans les métiers de la canalisation et de l’encadrement de chantier », précise Amélie Blactot, chargée développement Ressources humaines chez AXEO TP. 

 

 

12 000 apprentis d’ici cinq ans dans les travaux publics

Pour faire face aux besoins de main-d’œuvre formée et qualifiée des entreprises de travaux publics, 200 000 collaborateurs devront être recrutés dans les cinq prochaines années. C’est dans ce cadre que la FNTP a lancé #FranchementRespect (en savoir plus : lien vers https://www.fntp.fr), une importante campagne de communication destinée à faire découvrir et promouvoir les métiers des travaux publics auprès des collégiens et des lycéens.

«Cette campagne valorise les femmes et les hommes du secteur, ainsi que leurs réalisations en utilisant un code générationnel : le rap. Diffusée sur les réseaux sociaux et YouTube, accompagnée d’un site métier, la campagne commence à porter ses fruits, avec une forte affluence lors des portes ouvertes organisées au sein des établissements de formation aux métiers des travaux publics. On constate ainsi une très forte augmentation du nombre d’apprentis à la rentrée. »
Anne Claude Coudevylle-Carette, chargée de mission au sein de la direction des Affaires sociales de la FNTP.

 

 

L’apprentissage est au cœur de cette stratégie de conquête auprès des jeunes. 8 000 apprentis sont aujourd’hui en formation dans les travaux publics ; le secteur souhaite atteindre les 12 000 apprentis en formation d’ici à cinq ans. 

Un partenariat a également été mis en place avec le ministère de l’Éducation nationale pour diffuser, entre autres, des ressources pédagogiques innovantes et interdisciplinaires conçues par des enseignants, en partenariat avec des professionnels des travaux publics. Il y aussi la mise à disposition des collèges de casques de réalité virtuelle pour découvrir un chantier de travaux publics en situation réelle, à 360°. En octobre 2019, la FNTP a lancé un grand concours de rap (en savoir plus : https://www.concoursraptp.fr/) sur les métiers des travaux publics, destinés aux jeunes du primaire, du collège et du lycée, ainsi qu’à l’enseignement professionnel. Le concours consiste en la création, par les jeunes eux-mêmes, encadrés par leurs professeurs ou formateurs, d’un texte et d’un clip de rap sur les travaux publics.