Les Génies de la construction ! : Huit projets récompensés​

Les Génies de la construction ! : Huit projets récompensés​

Découvrez les huit projets lauréats du concours Génies de la Construction !

Prix catégorie « Collège »

(Élèves du cycle 4)

1er prix : collège Pierre Loti

(Rochefort – académie de Poitiers)

Projet « Les digues fractales »

Le projet propose la mise au point et le test de prototypes, pour protéger le littoral en créant des digues fractales. Il s’appuie sur une étude d’implantation dans le site naturel du port des Boucholeurs (17), pour résister à la pression des vagues tout en répondant à des critères esthétiques. L’étude démontre que les digues de forme « fractale », à l’image des montagnes ou des coquillages, sont plus efficaces pour diminuer l’énergie, la hauteur et la réflexion de la vague.

" J’anime au collège un atelier « arts plastiques ». Avec ma collègue qui s’occupe de l’atelier « sciences », nous apprécions monter des projets communs et les présenter à des concours. Pour Les Génies de la Construction !, nous avons présenté le projet de digues fractales. Cette aventure a débuté en 2018. Elle a conduit les élèves à concevoir des maquettes de digues réalisées à l’EREA de maçonnerie de Saintes, puis testées au CNRS de Caen en bassin à vagues. Cette année, ils ont continué leurs recherches en réalisant un plan-relief pour simuler l’implantation de leurs digues brises lames sur le site « Les Boucholeurs » à Châtelaillon-Plage. Pendant le confinement, nous avons finalisé le plan relief. La maquette a été déposée successivement dans trois familles, en respectant les consignes de sécurité. Nous organisions des visioconférences pour maintenir un lien. Les élèves m’envoyaient au fur et à mesure des images que je montais et ils ont rédigé et enregistré le texte de la vidéo. Avec cette aventure, je voulais leur transmettre qu’il est important de croire en ses rêves et qu’un projet peut aussi se concrétiser, d’autant que ce travail repose sur une démarche scientifique. Les élèves y croient tellement qu’ils ont déposé l’idée à l’INPI par enveloppe Soleau. "

Marion Griffoulière, professeur d’arts plastiques et Catherine Besserer, professeur de sciences physiques

2e prix : collège Pierre Hyacinthe Cazeaux

(Hauts-de-Brienne – académie de Besançon)

 

Projet « La friche en herbe »

Le projet porte sur la rénovation d’une usine et d’une friche industrielle à Morez (39), pour la transformer en centre socio-culturel et en faire un lieu d’expérimentation de nouvelles pratiques, ainsi qu’un espace alternatif. Une enquête en ligne auprès des riverains a permis de recueillir leurs souhaits d’un lieu inter culturel et inter générationnel réunissant des espaces de restauration, de spectacles et divertissement, de détente et de coworking. 

" C’est ma cinquième participation au concours Les Génies de le Construction !, où j’ai déjà présenté une vingtaine de projets. J’inscris systématiquement mes classes de 5e et chacune travaille sur un projet différent. Je trouve que c’est une manière pratique d’apprendre et d’échanger avec les professionnels. Les collégiens sont ainsi plus impliqués et motivés. La région du Haut-Jura est la première à industrialiser la production de lunettes, dans le courant du XIXe siècle. Il y avait de nombreux ateliers, petits et grands, aujourd’hui abandonnés. L’objectif du projet était de développer un projet associatif dans un de ces bâtiments. Au départ, on avait choisi l’ancienne entreprise Logo, pour y envisager un espace associatif dans une usine désaffectée. Puis, nous avons appris l’existence de l’association « La Friche en herbe », qui imaginait un projet socio-culturel dans une autre usine avec un bâtiment abandonné, et nous avons rejoint l’équipe. C’était ainsi plus concret pour les élèves. Nous avons tenu compte du cahier des charges de l’association, tout en l’adaptant avec d’autres idées que les élèves souhaitaient développer : création d’un potager, un atelier Fab Lab, une salle d’exposition, une scène pour les concerts. Nous avons travaillé toute l’année en petits groupes de travail, qui changeaient au fur et à mesure des objectifs à atteindre. Je souhaitais que les jeunes « touchent » à tous les aspects du projet (la charpente, l’isolation, la question PMR, le respect du cahier des charges et du budget, etc.). Nous avons été amenés à rencontrer des professionnels du bâtiment, architectes et artisans. Comme ils n’étaient pas à proximité du collège, nous avons communiqué à distance… Par exemple, les élèves envoyaient des plans à l’architecte et celui-ci répondait sous la forme d’une vidéo. Cette interaction virtuelle a très bien fonctionné et cela a permis aux élèves de travailler avec un nouvel outil. "

Alain Piard, enseignant en technologie

3e prix : collège Claude Bernard

(Le Havre – académie de Rouen)

Projet « Le campus maritime »

Le projet, mené par des élèves d’une classe de 5e, expérimente la création d’un campus maritime universitaire, avec un bâtiment de logements créés à partir de containers et complété par un restaurant universitaire, une bibliothèque et des espaces de loisirs et de sports.

" J’avais déjà participé l’année dernière aux Génies de la Construction ! pour le projet « Passage du piéton lumineux ». Ça m’a donné envie de recommencer cette aventure passionnante, d’autant que je privilégie avec mes élèves les projets concrets. J’ai proposé à deux classes de 5e de se lancer, d’autant que l’architecture est au centre du programme pédagogique. Nous avons commencé par effectuer des recherches dans le passé de notre ville. Les jeunes ont notamment été sensibles à l’abandon progressif des hangars maritimes proches de la ville et la construction en 2010 de la Cité universitaire, la résidence A-docks construite à partir de conteneurs. Après ce travail d’enquête, nous nous sommes orientés sur le projet de réhabilitation d’un ancien hangar maritime pour les étudiants. Très vite, les élèves se sont mis d’accord sur l’aménagement de l’espace (placement des conteneurs, cantines, espace loisir, bibliothèque). Ils ont  réalisé les plans sur papier à l’échelle, puis sur le logiciel « Sweet home 3D ». Ils ont souhaité mettre au centre du projet l’isolation, les énergies renouvelables (EnR), ainsi que l’accessibilité. Nous nous sommes aussi intéressés à plusieurs corps de métiers (architecte, ingénieur, couvreur, étancheur…). Il y avait quatre groupes par classes, et tous les quinze jours, nous organisions une « revue de projet » pour veiller à ce que tous les groupes avancent dans le même sens. Fort heureusement, avant le confinement nous avions débuté la construction de la maquette et réalisé une grande partie de la vidéo. Travail de la lumière, écriture des textes, préparation des décors, cadrage... J’ai veillé à ce que l’ensemble du groupe participe à la réalisation de cette vidéo de dix minutes. Je suis très satisfaite du 3e prix que nous avons remporté. J’ai vu des élèves peu impliqués en début d’année et qui se sont ensuite pleinement investis dans le projet. En étant concret, ils comprennent beaucoup mieux les enjeux. Cela donne du sens à ce qu’ils font. "

Stéphanie Trotel, professeur sciences industrielles de l’ingénieur (SII)

Prix catégorie « Pro »

(Élèves de SEGPA, d’EREA et de 3e prépa pro)

Prix « Pro » : collège Les Fontanilles

(Castelnaudary – académie de Montpellier) :

Projet « Reconstruction du collège »

Dans le cadre de la reconstruction du collège Les Fontanilles (11), le projet part à la découverte de la transversalité des différents métiers du bâtiment enseignés dans l’établissement (plâtrier-plaquiste, électricien, jointeur, peintre-décorateur, maçon, coffreur-bancheur, serrurier-métallier, plombier). Les jeunes montrent la manière dont ces métiers se pratiquent, avec la réalisation de huit cabines d’ateliers, d’un magasin de stockage et d’un vestibule, ainsi que d’un point de lavage avec un bac de décantation.

" Nous avons profité de la démolition et de la reconstruction de notre collège, pour bâtir un projet éducatif avec les 4e et 3e Segpa, soit une trentaine d’élèves impliqués. L’idée était d’aménager leur futur atelier. Ce projet  a été réparti en trois domaines d'activités, couvrant la découverte du champ professionnel « habitat » : la création de cabines supports, pour les domaines de l’aménagement et de l’agencement, la création d’un magasin de stockage, pour le domaine du clos et couvert et la création du bac de décantation pour le domaine des équipements techniques. Nous avons veillé à établir un cheminement pédagogique permettant à chaque étape du projet d’assurer l’articulation des transversalités en lien avec chaque découverte professionnelle. Celle-ci a profité à l’ensemble des groupes, mais aussi à notre équipe pédagogique dans la mutualisation de nos différentes matières. Pour Les Génies de la Construction !, nous avons réalisé une vidéo pour présenter notre travail : nous avons utilisé les nombreuses photos et vidéos prises par les élèves depuis le début de l’aventure. Cinq élèves se sont principalement consacrés au montage du film. J’allais chez l’un et chez l’autre pour les accompagner. C’est un projet très riche dans la diversité des métiers qu’ils ont pu découvrir. Le groupe est très fier de remporter ce prix, personne ne s’y attendait. "

Pierre Espino, professeur de lycée professionnel, spécialisé dans les métiers du bâtiment​

Prix catégorie « Sup »

(Étudiants de l’enseignement supérieur : STS, IUT, université, écoles d’ingénieur, écoles d’architecture…)

1er prix (ex æquo) : IUT de Chambéry

(académie de Grenoble)

Projet « Rénovation du four à pain des Gros Louis d’en Haut »

Étudiants de 2e année de l’UIT de Chambéry

Le projet porte sur la rénovation de la charpente d’un ancien four à pain par les étudiants de 2e année de l’IUT de Chambéry, en partenariat avec le lycée professionnel du Nivolet. Ce travail très complet allie et concrétise l’utilisation des outils numériques (Scan3D, maquettes numériques, site Internet, etc.) et la réalisation de travaux artisanaux et traditionnels avec l’aide de bénévoles.

" Notre projet portait sur la rénovation de la charpente d’un ancien four à pain sur la commune des Gros-Louis, en Savoie. La présidente de l’association s’est tournée vers l’IUT Génie civil pour réaliser les travaux. Cette demande a coïncidé avec notre projet de fin d'étude. On s’est principalement occupé de toute la partie conception et organisation de la rénovation. Nous avons notamment utilisé le logiciel Cadwork pour modéliser les différents assemblages bois de la charpente traditionnelle. Cela nous intéressait également d’étudier le principe de fonctionnement des fours à pain en approfondissant le type de chauffe, la forme du four, mais également le type de ventilation possible, tout en comparant avec le four existant. Ce projet fut pour nous une belle aventure humaine avec de belles rencontres. Nous avons participé avec les bénévoles de l’association à différents travaux tels que le nettoyage du site et la remise en état des murs. Les bénévoles, dont deux anciens artisans, maçon et charpentier, nous ont beaucoup appris sur la restauration du patrimoine. Cette aventure nous a permis d’apprendre à écouter les autres, à convaincre et aussi à bien s’organiser. La fin des travaux était prévue fin juin. Malheureusement la charpente n’a pas pu être réalisée à temps. Même si notre projet n’a pas complétement abouti, c’était très enrichissant. L’année prochaine, nous étudierons à Lille, Bordeaux et Alès… Nous allons garder le lien avec l’association et si nous pouvons donner un coup de main de temps en temps nous le ferons bien volontiers. "

Équipe projet : Hugo, Lois, Anthony Étudiants de 2e année

 1er prix (ex æquo) : université de Cergy-Pontoise

(académie de Versailles)

Projet « Construction de la passerelle Marianne »

Étudiants de master 2 Génie civil, licences 3&2 Sciences de l’ingénieur

Le projet s’appuie sur la conception de la passerelle Marianne, située à Aubervilliers et construite dans le cadre des Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle prendra forme en s’inspirant du drapeau olympique pour la section transversale qui permettra, grâce à l’utilisation du BFUP (béton fibré à ultra-hautes performances), de réduire de 30 % la quantité de matière et ainsi d’améliorer le bilan carbone de l’ouvrage.

" Le projet portait sur la conception de la passerelle Marianne située à Aubervilliers, dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024. Celle-ci prendra forme en s’inspirant du drapeau olympique pour la section transversale, avec l’utilisation du BFUP (béton fibré à ultra-hautes résistances). Notre travail s’est réalisé avec la maquette numérique. Au début du confinement, nous ne savions pas trop comment nous organiser, puis, petit à petit, nous avons trouvé une méthode : on se réunissait tous les lundis avec l’outil Teams. Nous avons pris l’habitude de partager nos écrans pour voir ce que les autres faisaient. Quand un problème technique se posait, on se retrouvait en mode collaboratif avec les personnes concernées pour trouver une solution. Même si nous étions chacun de notre côté, nous avons effectué un réel travail de groupe virtuel. C’était vraiment intéressant d’évoluer dans ce contexte. On a même peut-être été plus efficace ! Cette aventure nous a tous passionnés. Il s’agissait d’un projet d’envergure, technique et innovant, qu’on a abordé en totalité. Cela nous a permis de travailler en équipe, d’échanger sur des problématiques métier et de travailler avec le BIM. On s’est même occupé de l’organisation et du phasage du chantier. Ce projet nous a tous renforcés dans nos envies professionnelles. C’était une belle expérience humaine. "

Équipe projet : Samy, Ismail, Ny Andrianintsoa, Sarah, Elif, Max, Johann, Mihail, Roxane Étudiants de Master 2 Génie civil, Licences 3&2 Sciences de l’ingénieur

3e prix : Arts et Métiers – Campus d’Angers

(académie de Nantes) 

Projet « SimCities Durables »

Étudiants de l’ENSAM d’Angers et de BTP CFA Maine-et-Loire (Angers), section Menuiserie

Le projet porte sur la conception d’un outil simple et ludique : un jeu plateau connecté,  pour sensibiliser un public varié et néophyte aux impacts environnementaux que peuvent générer les aménagements urbains et pour mettre en évidence leurs effets auprès des décideurs publics ou privés. 

Mention spéciale du Jury « Vidéo coup de cœur » : ESITC Caen

(académie de Caen)

Projet « Concrete & Scraps »

Étudiants de 4e année Ingénieur

Le projet, qui s’inscrit dans la démarche vertueuse de l’économie circulaire, porte sur le développement original et la présentation didactique d’un nouveau béton isolant à base de rebuts plastiques industriels.