Search for content, post, videos

« Le formateur doit être à la fois un animateur, un accompagnateur et un passeur », Jacques-Olivier Hénon

Au CCCA-BTP, l’innovation est au cœur de l’action, pour anticiper au mieux les besoins et les attentes des entreprises du secteur, en transformant les pratiques et les usages, afin d’accompagner au mieux l’acquisition des compétences par les apprentis. C’est dans cet état d’esprit que le CCCA-BTP a animé un atelier à l’UHFP sur le thème « Offrir un avenir professionnel et assurer la montée en compétences des apprenants ». Les CFA doivent être dotés d’une forte expertise pour avancer face à ces nouveaux défis. C’est ce que nous explique Jacques-Olivier Hénon, directeur des Politiques de formation et de l’Innovation pédagogique du CCCA-BTP.

« Avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, mais également au regard de la transition énergétique ou la révolution numérique, il est important que les organismes de formation du BTP s’inscrivent dans une synergie entre les fondamentaux de leur cœur de métier, la pédagogie de l’alternance et l’accompagnement éducatif par exemple, et l’innovation pédagogique en tant que plus-value par rapport à l’existant. Mais pour appréhender ces défis, ce qui demeure central, ce sont bien les interactions humaines entre le formateur et l’apprenant. »
Jacques-Olivier Hénon, directeur des Politiques de formation et de l’Innovation pédagogique du CCCA-BTP

Le CCCA-BTP a créé dans les années 1980 le DAAFA (Dispositif d’accueil et d’accompagnement des formateurs en alternance). Cet outil évolue tous les deux ans, pour s’adapter aux nouvelles réalités. Ce parcours certifiant permet aux formateurs nouvellement recrutés de monter en compétences en termes d’ingénierie pédagogique de l’alternance, avec, notamment, la conception et l’exploitation d’une stratégie de formation alternée et interactive, construite à partir des missions confiées au jeune en entreprise.

« Dans le cadre de ce dispositif, Les formateurs sont accompagnés par les conseillers formations du CCCA-BTP, mais également par leurs responsables pédagogiques sur le terrain. Avec ce dispositif en « blended learning », le formateur vit l’expérience de l’alternance présentiel/distanciel pour ensuite mieux la faire vivre aux jeunes, digital natives », ajoute Jacques-Olivier Hénon.

Pour Jean Clénet, professeur des Universités à Lille 1 (CUEEP) jusqu’en 2013, spécialiste de l’alternance et la professionnalisation des jeunes et des adultes, grand témoin de l’atelier organisé par le CCCA-BTP, « Le formateur devient un passeur entre une offre universelle de formation et des apprentis qui ont leur caractère, leur façon d’être et leur façon de faire. Il doit avant tout travailler sur ses propres conceptions, non pas sur des concepts durs qui viennent d’en haut, mais sur des concepts empiriques qu’il doit savoir adapter pour rendre convenable une situation d’apprentissage. Par exemple, réfléchir à ce qui fait qu’un jeune se sent utile en situation d’apprentissage. Le formateur doit être à la fois un animateur, un accompagnateur et un passeur, il y a une multifonctionnalité qui n’est pas simple, et donc ça peut faire peur. »